Avant de suivre la diète kéto, voici ce que tu devrais savoir


La diète cétogène a grandement gagné en popularité depuis plusieurs années. Ceux qui suivent ce régime mentionnent des bienfaits tels que la perte de poids rapide, un plus grand sentiment de satiété, plus d’énergie et des améliorations au niveau de leurs capacités cognitives. À l’origine, cette diète avait été conçue pour les personnes vivant avec des crises d’épilepsie. Lorsqu'une personne suit cette diète, elle consomme moins de 10% de son énergie sous forme de glucides, 15 à 20% de son énergie sous forme de protéines et 75 à 80% de son énergie sous forme de lipides. Ce texte montre les effets secondaires possibles, ensuite quelques points par rapport au diabète seront discutés.


Effets secondaires possibles

Positifs

  • Perte de poids rapide (en majorité, c’est une perte d’eau et non de masse adipeuse);

  • Comme tout autre régime, s’il y a une perte de poids significative, pour ceux ayant le diabète de type 2 ou une maladie cardiovasculaire, il pourrait y avoir une amélioration du profil métabolique (2);

  • D’après plusieurs études, les personnes assignées à la diète cétogène ont une plus grande perte de poids (0.9 kg) que celles assignées une alimentation faible en lipides après 1 an (3).

Négatifs

  • Augmentation des risques de souffrir de pierres aux reins, dénutrition (carences nutritionnelles), constipation, diarrhées, éruptions cutanées, altérations du profil lipidique, faiblesses, maux de tête, acidose métabolique (2) et halitose;

  • Privation sur plusieurs plaisirs de la vie (restaurants, repas en famille et amis, etc.).

Diabète

À ce jour, la diète cétogène n’est pas à recommander pour les personnes vivant avec le diabète. Aucune diète n’a eu d’effet cliniquement significatif sur la glycémie à jeun (4). D’ailleurs, la probabilité d’abandon est de 13% à 84 % (3). Par contre, Il a été démontré que pour les patients vivant avec le diabète de type 2 et l’obésité, une diète faible en glucides (40% de l’énergie totale consommée), riche en lipides et protéines peut améliorer à court terme (amélioration non soutenue à 12 mois), l’hémoglobine glyquée et les triglycérides (5).

Médicaments

Puisque certaines médications augmentent les risques d’hypoglycémies, certaines prescriptions doivent être ajustées lorsqu’une personne veut suivre la diète cétogène. C’est le cas pour l’insuline, les sulphonylureas (glibenclamide, gliclazide, glipizide, glimepiride, tolbutamide) et les glinides (repaglinide, nateglinide) (6). Les inhibiteurs de SGLT2 sont également contre-indiqués avec la diète c